Stèle de la bataille du 11 avril 1677 Noordpeene Histoire


03 mai 2020

Peene, en flamand occidental, tire son nom d'anciennes graminées qui poussaient sur ses rives. En 1067, on parle déjà de Peene. Dans les anciens documents, lorsqu'on cite la seigneurie de Peene ou Piennes, il s'agit toujours de Noordpeene. Les premières traces écrites apparaissent dans le cartulaire de Bourbourg en 1114 sous forme de Norpenes, puis Northpenes en 1139.

Au xiiie siècle, la terre de Noordpeene relève de l'abbaye de Watten ː en 1213, le connétable de Flandres, Michel de Harnes, reconnait qu'il a, à tort, contesté à l'abbaye la propriété de la terre de Noordpeene2.

En 1268, Ghilbert de Saint-Omer, seigneur de Pienne, épousa Agnès de Haverskerke. Ils eurent deux fils : Jean et Gérard se partagèrent, en 1306, la terre de Pienne. Les bords de la Lyncke becque étaient la limite de séparation des deux territoires auxquels on donna le nom de Pienne-Nord pour Noordpeene et Pienne-Sud pour Zuytpeene.

En 1464, les moines de l'ordre de Saint-Guillaume, (guillelmites), établis à Éringhem, s'installent à Noordpeene, après un passage de quatre années à Oudezelle. Ils ont été invités à venir sur Noordpeene, par la famille d'Hallewyn, seigneurs de la commune. Le couvent y reste jusqu'à la suppression des couvents en 17923.

Le village a été le théâtre d'un événement d'une importance décisive pour l'histoire de la guerre de Hollande (1672-1678); la bataille de la Peene en 1677. Elle fut cause de l'annexion du nord de l'Artois et des châtellenies de Cassel et Bailleul au royaume de France en 1678 au traité de Nimègue.

Pendant la seconde guerre mondiale furentt installés, au lieu-dit Moulin du Hey',' une rampe V1 légère, un bunker de tir (encore visible) et quelques bâtiments.