Cassel Collégiale Notre-Dame de la Crypte Histoire


06 mai 2020

L'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 1.

La Collégiale Notre Dame est attestée depuis le xe siècle. Incendiée et profanée à maintes reprises, elle est reconstruite sur ses anciennes fondations. À la suite de la période révolutionnaire où elle sert successivement d’écurie, de prison, d’hôpital et de Temple de la Raison, elle trouve sa forme actuelle son l’impulsion de l’Archevêque de Cambrai (le diocèse de Lille n’existant pas encore).

C'est devant la statue miraculeuse de Notre Dame de la Crypte vénérée à Cassel depuis le xvie siècle et conservée dans la crypte de la Collégiale Saint-Pierre, Sainte patronne et protectrice de Cassel, que le maréchal Foch adressa sa prière chaque jour durant son séjour à Cassel lors de la Première Guerre mondiale, et ce serait par son intercession que Cassel aurait évité les bombardements qui sévissaient en Flandres. La population de Cassel reconnaissante offrit une bannière à la paroisse à l'effigie de la sainte patronne de Cassel protégeant sa cité, cette bannière est visible au musée départemental de Flandre à Cassel.

La neuvaine à Notre Dame de la Crypte a lieu tous les ans du 2 au . Les Casselois la prie pour assurer la protection et la vie au sein de la cité. Autrefois, le culte de Saint Roch était fort répandu. La légende raconte que Saint Roch stoppa l'épidémie de peste, qui sévissait à l'époque, aux portes de Cassel, plus précisément rue Moeneclaye. Jusqu'au milieu du xxe siècle, la ville de Cassel célébrait Saint Roch dans le cadre d'une neuvaine au mois de décembre. Un garçon de la rue Moeneclaye était mis à l'honneur chaque année en souvenir du miracle de Saint Roch.

La Collégiale de Cassel est aussi liée à la présence 

des frères Récollets qui séjournèrent à Cassel jusqu'à la période révolutionnaire. La paroisse actuelle dédiée à Saint François, doit son nom à la présence de ces religieux dans le pays de Cassel pendant de nombreux siècles.

Tableaux

L'annonciation de Alexis Bafcop : Œuvre commandée pour le retable de la Vierge, érigée en 1847 ; le tableau est déposé vers 1900 pour faire place à une statue dans le même retable. Il est alors accroché au mur, à proximité. Ce tableau relève encore du classicisme davidien

Maître-Autel

  • Retable en marbre et bois peint. Il date du xviiie siècle.
  • Le chœur a été recouvert de fresques peintes au xixe siècle par Alexis Bafcop, célèbre peintre local et créateur des géants Reuze Papa et Reuze Maman, aidé de son frère Ambroise. Les fresques représentent les apôtres et diverses scènes de la vie de l'Église. Malgré leur restauration en 2009, les fresques n'ont pas pu être préservées dans leur intégralité à cause de leur état fort délabré.

Banc de communion

Fer forgé, xviiie siècle.

Orgue

L'orgue et le buffet ont été transformés en 1821. On y voit l'inscriptionLes orgues chantent par les dons des citoyens2. Les facteurs sont : René Germain, Pierre Loncke, Frédéric Loncke et Bernard Cogez. Deux statues imposantes siègent au sommet de l'orgue, il s'agit du Roi David, représenté avec une harpe, et deSainte-Cécile, patronne des musiciens. On voit également trois angelots en bois, jouant du clairon, sur le buffet.

Collegiale-fresque.jpg